Forts du Sahara Central

 


FORT GARDEL

~1918 - 1935

24°52'55.08 N

08°26'8.12E

Derniers Forts

Position en KML

Carte AMS

Google Maps

Ce fort, relativement récent, 1935, à 70km à l'est de Djanet s'appelle aujourd'hui Bordj El Haoués.

Il est implanté à Zaoutallaz, au croisement de la piste , Ouest - Est, Fort Flatters-Amguid-Djanet et de la Piste Nord-Sud qui joignait Polignac à Djanet.

C'est un petit fort, de taille dérisoire, de moins de 10 m de coté, mais c'est un point de passage obligé pour rejoindre Djanet, coincée contre la frontière libyenne et un lieu d'arrêt après la traversée du plateau du Fadnoun, au Nord

Photo d'époque dans Adjer-Sahara Central de J.Dubief

Gardel dans les années 1956-60

Dominique Petit, Lieutenant à la Compagnie Méhariste des Adjers, de 1956 à 1958, montre ses montures devant le fort



Sur le site de J.J Oudart relatif aux Compagnies Méharistes







Et, le 8 juin 1957, le colonel d'Arcimolles, nouveau commandant militaire du territoire des oasis rencontre l'Aménokal des Ajjers, le Caïd Brahim, entouré des anciens méharistes dont certains ont connu Laperrine !

Lieutenant Petit

Compagnie Méhariste des Ajjer

1956-1958

En Février 1958 Raid des Engins Blindés de Reconnaissance (EBR) dans le Sahara.

 

La population, curieuse, regarde un camion Dodge de la Légion étrangère qui transporte une gazelle tuée pendant le raid EBR dans le désert saharien.

Cette ville est Fort Gardel.

L'Engin Blindé de Reconnaissance Panhard roulait indifféremment en avant ou en arrière. Il utilisait un moteur composé de 6 ensembles pistons-cylindres dérivés du moteur de la PL 17, de 850cm-cube, à refroidissement par air. Sa vitesse maximale (dans les deux sens) peut atteindre 120 km/h. Cet engin est aussi caractérisé par des arbres de transmission faisant le tour de l’habitacle et permettant d'améliorer l'habitabilité.

Et, plus récemment, lors de la Mission Ténéré de 1961

 

Photos de Traveler55 sur

Ou, en 1986, le puits!

Afiodor sur

Amar D

Mais Gardel est célèbre.

D'abord par le combat d'Esseyen des 10-11 avril 1913 , au cours duquel le Lieutenant Gabriel Gardel stoppa une grosse harka aux ordres d'Inguedazzen et de Sultan Ahmoud (Ghat) , ce qui lui valut la Légion d'Honneur et à plusieurs de ses hommes la Médaille Militaire.

 Monument Libyen, en Libye, commémorant la bataille des Touareg Senoussistes contre la troupe du Lieutenant Gardel

 

 

Croquis du Capitaine Charlet, Commandant à Djanet, sur le combat d'Esseyen dans l'Histoire des Compagnies Méharistes du site Limafox

Gouverneur Général-sous couvert Commandant Corps d'Armée, Alger.- no 116 t -

Brillant succès -

Cie Tidikelt dix avril lieutenant Gardel commandant reconnaissance cinquante spahis attaques par harka trois cent cinquante cinq fusils.

Combat engagé rapidement acharné a duré quatorze heures dont toute une nuit ennemis-entourant positions spahis à trente mètres.

Moment critique.

Vigoureuse charge à la baïonnette menée par lieutenant Gardel et maréchal des logis Bagneres a couché sur terrain vingt-trois ennemis et mis en fuite le reste.

Quarante trois ennemis tués.Cinquante cinq blessés.Trente deux fusils tir rapide et nombreuses munitions prises de notre coté.

Deux tués sept blessés dont un grièvement.Trente-sept mehara tues .

Petite troupe de héros forcée retraiter à pied pendant cent-vingt kilomètres emmenant blessés recueillis par détachement de renfort à cinquante kilomètres de Djanet.

Lieutenant Gardel secondé par maréchal des logis Bagneres et brigadier de Conclois a fait preuve courage et sang froid admirables. Très belle conduite des spahis .

Renseignements arrivent de Ghat: harka forte trois cent cinquante cinq hommes commandée par Sultan Ahmoud et Inguedazzem disloquée quatre jours après combat.

Après avoir pillé commerçants tripolitains et caisses argent turc,Ghat évacué.Sécurité rétablie .

Quitterai Djanet dès que confirmation renseignements ci dessus .

Rentrerai à In Salah après avoir disloqué goum Ouargla.Une partie rentrera directement Ouargla autre partie reconnaissance Titersin .

Goum El Oued doit quitter région Adjer 1 mai après avoir exécuté reconnaissance Hassi Bourarehat-Ouan Sidi-In Azaoua.

Télégramme enregistré le 8 mai 1913 au Gouvernement Général sous le n°1512 par le Bureau des Affaires Indigènes Militaires qui apprit à Alger la victoire d'Esseyen , dans l'Histoire des Compagnies Méharistes du site Limafox.

 

 

Mars 2018 - Recherche du Fort

De l'indépendance au début des années 2000, Gardel était un coisement de pistes où personne ne passait, un village fantôme de quelques maisons..

Aujourd'hui c'est presqu'une ville.

A l'ocasion d'un voyage imminent vers Djanet, il fallait trouver l'emplacement exact du dernier fort.

La combinaison des photos existantes ci dessus et des vues aériennes de Google Earth, cela a été rendu possible.

D'abord, ces deux petites maisons entourées d'un muret furent privilégiées  

Puis, l'existence d'une antenne TSF proche sur la photo, plus haut, des engins blindés Panhard a confirmé: jouxtant le fort, une enceinte technique avec une grande antenne dont on voit parfaitement l'ombre!

Fort Saganne

Et ensuite, Gardel fait référence à un film à succès, avec Sophie Marceau tiré d'un roman de Louis Gardel, petit fils de Gabriel Gardel, Fort Saganne, appuyé sur des souvenirs de son grand-père, le Lieutenant Gardel, rendu célèbre au combat d'Esseyen

Ruines de Fort Saganne en Mauritanie

Réhabilitation de Fort Gardel

En 2002, dans le N° 165 de "Le Saharien", est paru un article de Roselyne Chenu sur la restauration des forts d'Illizi (Polignac) et de Zaouatallaz.

Aujourd'hui, s'est installé à Bordj El Haoués un petit musée saharien .

Il est possible que le fort, réhabilité, fait partie de cet ensemble réalisé par le Parc National du Tassili, à moins que, voir plus bas, ce soit le fort de 1918-20 qui ait été réhabilité

Notons que les crénelures du haut des remparts ne semblent pas avoir existé depuis les années 50-60

Image de l'article, du bulletin Le Saharien consultable à La Rahla

Photos de Damien Boileau.

Le Musée, Fort Gardel réhabilité, est le fort construit à partir de 1935

 

Bordj inconnu sur 2Ecast

 

 

2 Ecast, c'est la deuxième Compagnie Auto Saharienne de Transport. Sur le site Souvenirs Sahariens deux photos étonnantes:

 


Étonnantes surtout, car Jean Cauz, co animateur du site avec Marcel Feuillois, affirme que c'est Fort Gardel .

Or , sur le foi des éléments ci dessus, et quoique la montagne au fond puisse faire penser à la descente du Fadnoun en dessous de Tin Taradjeli, aucun des éléments géométriques ou architecturaux ne coïncident avec nos connaissances.

Seul recours: La Rahla. Son Président, Mr Jean Paul Hesse prend alors contact avec Marc Franconie,rédacteur en chef du

Si ! Je confirme totalement que c'est le 2e Fort-Gardel, construit par les Sahariens après la Première Guerre, et qui déjà en 1940 commençait à se délabrer sérieusement.

Du reste, dans le fond, on distingue les bâtiments éparses qui constituaient le 3e Fort-Gardel (divers bâtiments élevés juste avant guerre), parmi les rares construits par la légion au Sahara, contrairement à une légende tenace.

Marc Franconie

La position et l'état de ce fort reste donc à ce jour, 02/06/2011, à déterminer, sachant que, d’après la photo de droite, celui ci soit probablement au Sud du fort construit en 1935. Les deux photos ci dessus sont les seuls témoignages du Fort Gardel de 1918, toutes les autres représentations photographiques sont celles du fort de 1935.

Notons que le fort construit en 1918 était relativement imposant alors que celui construit en 1935, assemblage de petits bâtiments n'était pas tellement dissuasif.

En 1918, les Senoussistes étaient une véritable menace (Prise de Djanet, assassinat du Père de Foucauld, révolte de Kaocen à Agadés,...), alors qu'en 1935 cette menace avait disparu, pas encore remplacée par la menace représentée par les Italiens de Ghat.

BORDJ ADMER

1910

24°50'25.95 N

08°28'2.00 E

Sahara Des Touaregs

Position en KML

Fort Gardel, en ce lieu, fut un fort tardif: 1918 puis 1935.

Il avait été précédé au lieu dit Tidjoujelt, à 5Km au S-SE de Fort Gardel.

Ce n'était pas un fort, mais une redoute en pierres sèches posée sur une petite élévation de la Plaine d'Admer, disparu après la construction de Fort Gardel..

Et, petit miracle, sous Google Earth, apparaissent, à Tidjoujelt, les vestiges probables du Bordj Admer initial, contemporain de Gardel et d'Esseyen!

Autre miracle, cette photo de Bordj Admer dans Ajer, Sahara Central, de J.Dubief dans

BORDJ IHERIR

?

25°24'25,02"N

08°24'26,46" E

Sahara Des Touaregs

Position en KML

Iherir, à 60km au Nord de Gardel, est une des plus belles oasis de montagne du Sahara Central.

Préservée de l'urbanisation par sa position géographique, au fond d'un canyon, dans un cul-de sac, Iherir était sous la protection naturelle de Gardel, dans le rayon d'action de Dominique Petit qui en a photographié le petit bordj, à l'entrée du village.

Notons que la précision actuelle de Google Earth ne permet pas d'identifier avec précision la position du Bordj.

Petite vidéo sur les restes du Bordj

Le Lieutenant Dominique Petit, en marche vers Ihérir

Ihérir Mars 2018

Un groupe de voyageurs d'Explo 4x4 y était récemment, et Didier Duval, qui en était, y joint des photos et écrit:

    ... Par contre à Iherir, j'avais le point donné sur ton site et je n'y avais rien trouvé ou vu qui ressemble à un fort. J'ai donc demandé à notre guide Touareg, Méchar Moussa,qu'il se renseigne et m'y conduise. Ce qu'il a fait avec beaucoup de gentillesse. J'ai fait des photos que je te donnes. Le groupe (6 voitures) m'a bien entendu rejoint sur le site. Très bel Oasis, l'oued est en eau.

    Petite vidéo sur les restes du Bordj

Spruytte et chars garamantiques

Enfin, on ne saurait quitter Gardel sans citer J. Spruytte, Chef de Poste à Fort Gardel en 1941-42, qui étudia tous les chars à portée de Gardel, et plus, et qui, une fois rendu à la vie civile s'attacha à reconstruire les chars garamantiques!