Forts du Sahara Central

 

                       

POSTE CORTIER-BIDON V

1930
 22°19'14.75"N
  1° 7'3.64"E
Derniers Forts
Position en KML 

 

 

Carte Michelin 741

Google Maps

 A Bidon V, il n'y a ni Fort, ni Bordj.

Bidon V entre 1923 et 1930 date indéterminée

En 1923, une expédition organisée par la Cie Générale Transsaharienne pour reconnaître l'itinéraire le plus direct entre l'Algérie et ]c Soudan, décidait, au départ de Regain, dernier point habité du désert, de placer tous les 100 km à titre de premier balisage, des bidons vides: ainsi furent créés Bidon-l, Bidon-2, Bidon-3, etc... La traversée du Sahara s'annonçant possible par la voie du Tanezrouft, la Cie Générale Transsaharienne envisagea, quelques années plus tard, afin de simplifier plus encore cette traversée, de créer un point de ravitaillement coupant la région désertique entre Reggan et le premier poste du Soudan, et c'est ainsi qu'un dépôt d'essence et d'eau fut déposé un jour au " Bidon-V "'. Au moment du Rallye Saharien Médiierranée-Niger de 1930, la traversée du Tanezrouft ne pouvant être faite en une seule étape, le Gouvernement Général de l'Algérie décidait de créer un campement provisoire muni de la T.S.F. et c'est encore Bidon-V qui fut choisi.

Oran Années 50

 Bidon V Guide Shell 1934

Bidon-V devint alors célèbre...

Et depuis 1930, Bidon-V prit chaque année de l'importance en Novembre 1930, un distributeur d'essence Shell pour auto y fut placé par la Cie Générale Transsaharienne, ainsi que deux carrosseries de voitures couchettes devant servir d'abri et que le voyageur est heureux de trouver pour se reposer de ses fatigues. En Janvier 1934, un distributeur Shell pour avion fut installé à Bidon-V, sur le terrain d'aviation,., de dimension illimitée qui servit à la croisière aérienne du Général Vuillemin.

Bidon-V est la base indispensable qui permet aux automobilistes et aux aviateurs la traversée du désert entre l'Algérie et le Soudan. et la Cie Générale Transsaharienne peut être fière de son oeuvre, surtout si l'on songe aux difficultés considérables de ravitaillement et de gérance que présente Bidon-V.

Pour arriver à Bidon V, suivez le guide. Il est assez précis si vous arrivez en avion!

Notez que Bidon V est, en 1934,  dans le Territoire d'Aïn Sefra à 1200km au Nord!

Bidon V est le Poste Maurice Cortier

Le Lieutenant Maurice Cortier participe à la Mission Arnaud-Cortier, 15 février-24 juin 1907. qui rejoint Ouallen à Timaouine, au Sud-Est de Bordj Le Prieur, mission exploratoire mais aussi diplomatique en raison des tensions sur la frontière sud entre"Algériens" et "Soudanais",

Chameaux à Timiaouine

Rencontre entre "Soudanais" et "Algériens" à Timiaouine

 

La mission des capitaines Dinaux et Arnaud et du lieutenant Cortier était partie d'Algérie à travers le désert.

En arrivant à In Ouzel, le capitaine Dinaux apprit la présence, à Timiaouine, depuis quelques jours, des méharistes soudanais venus de Bamba et de Gao sous les ordres des capitaines Cauvin et Pasquier, commandants de ces deux cercles.

Il leur envoya un courrier rapide pour leur demander d'attendre la colonne algérienne, et quelques jours plus tard, les deux troupes, algériennes et soudanaises, faisaient leur jonction.

Pendant trois jours, les méharistes du nord et ceux du Soudan fraternisèrent. Les officiers et les sous-officiers européens mirent leurs popotes en commun. Et les africains aussi se mêlèrent les uns aux autres avec la plus franche cordialité.

Ce camp de Timiaouine présenta un extraordinaire mélange de races : kabyles, gens du Tell, Chaambas , Touareg confondus avec les Bambaras, les Toucouleurs.

Texte et gravure dans "Le Petit Journal Illustré"
du 5 Janvier 1908 relayé par
 Les Archives du Passé

 

En 1907, il ne devait pas y avoir grand monde à Timiaouine.

Mais aujourd'hui, c'est une petite ville, un peu délaissée car loin de  tout.

C'est aussi un camp de réfugiés alimenté par des Touaregs Maliens qui fuient les zones sahéliennes devenues dangereuses.

C'est une des communes les plus isolées du Sahara Algérien

Visitons Bidon V

Vu du ciel, à 1400m d'altitude, on distingue l'aire hôtelière à gauche, le pylône au milieu et l'aire d'atterrissage à droite.

.

Et par la route, voilà le pylône Vuillemin

Et voici l'hotellerie

En 1930

Vers 1950

Et de nos jours

Quelques avions à Bidon V

Un Potez 25 et un Potez 29
Un Fokker 7 de la Sabena
Un avion de raid (Bultee ?) en 1932

Autobus à Bidon V

 

Pompe à essence Shell derrière l'hotel

Autobus sur base Renault 6 roues à empattement long

POSTE WEYGAND KM 250

1930
 24°34'6.50"N
0°44'17.22"E
Derniers Forts
Position en KML 

 

Carte Michelin 741

Google Maps

 Il ne reste rien de ce qui n'était sans doute pas un bordj ni un fort, mais plutôt un refuge, sauf quelques bouts de tôle

Image de Jacques Annic en 1958

Et, récemment, sur un blog difficile à contacter (Si JMM refuse cette publication, m'envoyer un message), Blog de JMM, une  photo datant de 1949

.