Forts du Sahara de l'Ouest

                          

                       

FORT FLATTERS

1898/1904
 28° 6'16.66"
  6°48'42.85"
Sahara Des Touaregs
Position en KML 

Carte Ams

Google Maps

Fort Flatters . Le nom de ce fort , implanté dans la petite oasis de Temassinin,  a été choisi en hommage au Colonel Flatters, mort en 1881.

Il est à 370 km au Sud d'Hassi Messaoud et à 700km au Nord de Tamanrasset.

Son nom actuel est bordj Omar Driss

Commencé en 1904 sur une base de plan rectangulaire traditionnel de 23m sur 26m avec tourelles en diagonale,, il ne cessa d'être agrandi, notamment en 1918 et fut constamment remanié donnant à cet établissement un plan de masse peu habituel au Sahara..

Ce fort a fait l'objet d'un dossier de classement au patrimoine national de l'Architecture Algérien, dossier réalisé par le responsable de l'agence InJaren Voyages à Djanet

Paris- Parc Montsouris,

 

De l'aspect actuel de ce Fort

La définition des images de la zone est très élevée et on peut discerner facilement sur la vue satellite ci dessous, prise à 662 m d'altitude, presque tous les détails d'architecture.

 

 

 Arriver à Flatters, depuis le Nord, en 1934

Très simple. Il suffit de suivre le Guide Auto-Avion de Sell 1934-1937  

Vous avez bien vu, ci dessus, chez Shell 1934: Et pour l'hotel des 4 Chemins au lieu dit "Les 4 Chemins", balise d'aviation aménagée en abri et intitulée"Hotel des 4 Chemins"; à quelques mètres, hutte de branchage avec un grand écriteau "Annexe de l'hôtel"....

Et bien, cette balise, la voila, en position, aux 4 chemins!

 

Image de Jarrige Aviation  en Algérie

Et voici l'Annexe!                            

Aujourd'hui, c'est presque pareil, sauf qu'il faut prendre la route d'Hassi Messaoud, continuer, faire le plein, sur  Hassi Bel Guebbour, et suivre la route, au moins jusqu'à Les 4 Chemins!

Rares images

  

  Sur le site de Jean Soupène

 

 

Le 1er novembre 1940, la compagnie automobile du 1er REI devient autonome et prend le nom de compagnie saharienne portée de la Légion étrangère (CSPL) puis, le 15 mars 1946, elle se scinde en deux et donne naissance aux 1re et 2e CSPL.

La 1re CSPL s'implante à Fort-Flatters de 1955 à 1960 avant de devenir, le 1er janvier 1961 le 1er escadron saharien porté de la Légion étrangère (1er ESPLE)

 

Mr Popolo, de La Rahla y est passé, dans les années 70:

 

 

Fort Flatters.com

Il y a un site fabuleux sur Flatters, animé par Pierre Larazzini, aujourd'hui Canadien.

Malheureusement, toutes les images de ce site sont en Copyright.

Alors, le seul moyen, c'est ci dessous, a vous de choisir l'image!

 

 

Gauloises de troupe!
Flatters ensablé en 1940
Flatters en Janvier 1940
Le site de Pierre Larazzini
Plaque sur le fort

 

 

 

Carte postale ....
Compagnie Méhariste 1958
6 roues Renault 1931
Revue en 1958
Siebel Martinet

 

Fort initial de 1904,en 1940
Petite école palmeraie, 1947
Monument de Sidi Moussa
Peloton saharien-1952

 

Arriver à Flatters, depuis le Sud

Suivre les bornes, depuis In Ecker ou In Amguel!

   

Flatters Base Aérienne

Après la seconde guerre mondiale, alors que le fort est presque désaffecté depuis longtemps,une Instruction de l'Etat-Major de l'Armée de l'Air crée le Détachement de Terrain d'Opérations numéro 48/540 de Fort-Flatters. Elle fonctionnera jusqu'en 1963.

 

 

 

 

Le Général Pennés, sur un Bréguet 27, à Flatters en 1937
Le général d’armée aérienne Roger, Jean, Eugène Pennès (1883-1975), Saint Cyrien 1903-1905 choisit la Cavalerie à sa sortie de l’École. Il passe plus tard dans l’Aéronautique, au sein de laquelle il termine sa carrière comme commandant supérieur de l'Air en Afrique Française du Nord (1940).

 

Ci dessous, quelques avions fréquents à Flatters

 

 

Noratlas
Junkers 52
Siebel Martinet

 

 

 

Douglas RB 26 C
Bréguet deux ponts

 

Et pour finir, une superbe image de Flatters

 

Suite à une information complémentaire de Michel Paulmier, cette photo a été prise dans le nez vitré d'un Hurel Dubois hd 34 de l'Ign en 1961 ou 1962 dans lequel Michel Paulmier était passager

Le Hurel-Dubois HD-34 est un avion civil français construit par la société Hurel-Dubois en 1956. C'est un bimoteur mono-plan à ailes longues et étroites qui lui permettaient des vols de longue durée avec une grande stabilité ainsi que des caractéristiques de décollage et atterrissage courts (ADAC). Il fit son premier vol le 26 février 1957.  
Huit exemplaires ont été construits et livrés à l'Institut géographique national français pour les relevés cartographiques par photographie aérienne.
 Il fut retiré du service en 1985. Il est l'ancêtre des avions Franco-Italiens ATR

 
Plaques du Hurel-Dubois Numéro 1