Forts du Sahara de l'Ouest

                                                                                                          

SUR LA FRONTIERE MAROCAINE

1940 ?
Derniers Forts
Position en KML

 

Carte Michelin 741

  La position de ces deux forts est exceptionnelle car, ils sont "SUR" la frontière avec le Maroc, et de plus, ils sont quasiment à égale distance d'un des quatre cratères de météore recensés en Algérie.

Vous pouvez zoomer et naviguer en cliquant sur - ou + et sur l'image

La prise de Tindouf

Début Mars 1934, la  2e compagnie auto du 1e Régiment Etranger d'Infanterie, dite "CMA du 4", des forces françaises au Maroc quitte Akka pour aller pacifier le Sous encore insoumis

Montage Akka 1934 Départ de la colonne blindée-Akka en 2000 par

Cliquez sur l'image

Légionnaires hollandais

Le 24, la compagnie était réunie à Tafagount et le 27 au Merkala, au pied de la Hammada, actuellement en Algérie.

Berliet VUDB du 1er Régiment Etranger de Cavalerie

A Merkala, en quatre jours (du 28 au 31 mars) les pionniers construisirent une rampe longue de 2400 mètres avec une dénivelée de 220 m, une pente de 12%.                                                         

Puis elle fonce sur Tindouf atteint sans incident le 31Mars 1934 au soir.

Sur son trajet elle était passée à l'emplacement actuel d'Oum El Achar

 

 Nous avions devant nous différents aspects de la piste. Tout d'abord nous avons du sortir du massif montagneux de l'Ouarkziz aux canyons difficiles et aux pistes dangereuses.., puis après quelques kilomètres de faux plats descendants et  un sol parsemé de grosses pierres,  sorte de mini-reg, nous avons affronté la difficulté la plus impressionnante à savoir "" l'escalade"" du djebel Merkala... Un dénivelé impressionnant de plusieurs centaines de mètres dont l'angle de la falaise devait approcher les 70 °. Le tracé du chemin, sûrement très ancien et du aux chameliers et à leur caravane,  était très étroit et le ravin a été le plus impressionnant qu'il m'ait  été donné de voir.., jusqu'à ce jour.

Au volant, si nous regardions vers le vide c'était assurément le vertige, qui, une fois installé, ne nous quittait plus. Je me souviens que je fixais la paroi verticale en levant toujours mon regard vers le haut du djebel... Cette fois là, je gravissais le djebel Merkala de jour. Jusqu'à présent je ne l'avais pratiqué que de nuit et il ne m'avait pas autant impressionné et pour cause..., je ne voyais rien avec mes blackouts.

Le djebel Merkala franchi, s'ouvrait devant nous, et  à perte de vue, l'hamada....

 Philippe Coiffier - Mai 1962                                   

 

 

,